mardi 14 juin 2016

Portrait Le Figaro - Arash Derambarsh, l'acharné « antigaspillage »





PORTRAIT Le Figaro - À force de ténacité, ce conseiller municipal a obtenu qu'une proposition de loi, obligeant les grandes surfaces à distribuer leurs invendus alimentaires, passe devant l'Assemblée nationale ce 25 novembre.

Opportunisme ou sincère volonté d'enrayer le gaspillage alimentaire ? Arash Derambarsh, conseiller municipal à Courbevoie et directeur de collection aux Éditions du Cherche Midi, met en tout cas le paquet pour convaincre de la justesse de son combat. Quitte à en faire un peu trop. À prendre soin de son interlocuteur avec un peu trop d'empressement. «Laissez-moi prendre votre sac. Mon bureau est par ici, voici quelques viennoiseries avec du jus de pamplemousse. C'est pour vous.» Légèrement décalé alors que l'on doit aborder le problème de la faim. Qu'importe, l'auteur du Manifeste contre le gaspillage, s'il peut agacer sur la forme, ne manque pas de fond.
Il sait de quoi il parle. Étudiant en droit à Nanterre, il a connu la faim, à 20 ans et, seize ans plus tard, n'a toujours pas oublié. «Le 10 du mois, après avoir payé toutes mes factures, il ne me restait plus assez pour manger normalement. Souvent, je prenais mon premier repas de la journée à 17 heures, se rappelle-t-il. Quand vous avez faim, vous n'osez pas en parler à vos proches, tellement vous avez honte. Je rêvais que quelqu'un m'apporte de quoi me sustenter dans un sac en plastique.» Une idée qui n'a jamais quitté son esprit. Et se traduit concrètement, le 19 décembre 2014, par une première distribution d'invendus alimentaires. «À 20 heures, avec cinq ou six bénévoles devant le Carrefour Market du centre commercial Charras, à Courbevoie.»

«Le 10 du mois, après avoir payé toutes mes factures, il ne me restait plus assez pour manger normalement. Souvent, je prenais mon premier repas de la journée à 17 heures»
Arash Derambarsh

Deux mois durant, jusqu'à cinquante personnes par soir bénéficient de cette redistribution. Arash Derambarsh profite d'un vide juridique qui permet de contourner la chaîne du froid. «La grande distribution peut distribuer les invendus alimentaires s'ils sont consommés dans les 4 heures après avoir été donnés», indique-t-il. Il voudrait désormais que cette possibilité devienne une obligation inscrite dans la loi et mette fin à une absurdité. «En France, chaque grande surface jette en moyenne 40 kilos de nourriture par jour alors que 16 millions de personnes dépendent de l'aide alimentaire», dénonce-t-il.
Avec ténacité, lui qui n'est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche - sa mère, photographe, et son père, réalisateur, ont fui l'Iran en 1979 pour venir s'installer en France - réussit à vaincre tous les obstacles pour arriver à ses fins. Après avoir vu retoqué par le Conseil constitutionnel, le 13 août dernier, un amendement obligeant les grandes surfaces à distribuer leurs invendus alimentaires à l'association de leur choix, c'est finalement sous la forme d'une proposition de loi qu'il revient en force. Elle sera présentée en première lecture, le 25 novembre, à l'Assemblée nationale. Il espère qu'elle sera votée à l'unanimité par les députés comme son amendement l'avait été, le 21 mai. Arash Derambarsh, qui admet avoir redoublé «neuf fois» au cours de sa vie scolaire et universitaire, n'a pas hésité à remuer ciel et terre pour obtenir ce résultat. Franchissant les portes de l'Élysée, arpentant les couloirs du Sénat et de l'Assemblée pour être auditionné par l'ancien ministre Guillaume Garrot, lui aussi très impliqué dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Sans oublier les réseaux sociaux et les médias.


« Il faut des idées et les mettre en pratique. C'est exactement ce qu'a fait Arash, jeune homme plein d'ambition qui peut agacer au premier abord tant sa constante énergie et son besoin de justice surprennent à notre époque »
Mathieu Kassovitz

C'est d'ailleurs sur la Toile qu'il rencontre l'acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz, qui n'hésite pas un instant à le soutenir dans son combat. «Un jour de promenade sur les réseaux, je tombe sur les publications d'Arash en train de redistribuer de la nourriture gâchée quotidiennement par les grandes surfaces (…) Il faut des idées et les mettre en pratique. C'est exactement ce qu'a fait Arash, jeune homme plein d'ambition qui peut agacer au premier abord tant sa constante énergie et son besoin de justice surprennent à notre époque», écrit l'artiste dans la préface de son livre. Il viendra aussi en soutien à sa pétition en ligne - «Stop au gâchis alimentaire en France» -, adressée au président Hollande (et qui a recueilli 210.000 signatures en France et 750.000 en Europe).

L'acteur est aussi présent à ses côtés pour défendre son combat sur les plateaux de télévision, comme ce samedi soir, sur France 2, dans l'émission de Laurent Ruquier. Ou, en janvier dernier, sur Canal +. «On s'est rencontrés sur le plateau du Grand Journal, avec Mathieu Kassovitz, en janvier dernier, au début de sa mobilisation pour sa pétition, se souvient Nicolas Chabanne, à l'initiative des «Gueules cassées», ces fruits et légumes légèrement abîmés mais consommables qui étaient jetés avant qu'il n'intervienne. Il a parcouru du chemin avec une énergie assez rare et a su exprimer ce que beaucoup de gens ressentent.» Il reçoit même l'appui des plus grands restaurateurs. «C'est un ami, j'ai lu son livre et le trouve très intéressant. Grâce à lui, on fait attention à moins gaspiller en cuisine», reconnaît Gérard Idoux, chef et propriétaire du célèbre restaurant Le Récamier, où se croisent les personnalités politiques de tous bords. 

Alors, même si Arash Derambarsh peut en agacer certains, avec son tutoiement facile et sa manière de montrer les SMS des personnalités qui le soutiennent, on ne peut lui retirer sa détermination pour éradiquer la faim et le gaspillage. «Ceux qui ont faim ne peuvent plus attendre. Nous ne sommes que de passage sur terre», lance-t-il.



BIO EXPRESS
1979 - Naissance à Paris.
2014 - Élu conseiller municipal de Courbevoie (Les Républicains).
Mai 2015 - Fait voter à l'Assemblée un amendement obligeant les grandes surfaces à distribuer leurs invendus alimentaires, amendement déclaré inconstitutionnel en août.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire