samedi 6 novembre 2010

Pourquoi Claude Guéant et Bernard Squarcini ont raison de porter plainte contre Médiapart

Claude Guéant, Secrétaire Général de l'Elysée (Présidence de la République) a annoncé samedi à l'AFP qu'il déposerait "la semaine prochaine" plainte contre Médiapart, le site d'Edwy Plenel, qui l'a accusé d'avoir organisé l'espionnage de journalistes travaillant notamment sur l'affaire Bettencourt.

Ainsi, il a annoncé : "Je poursuis Mediapart pour diffamation par voie de citation directe", en précisant que ce serait "fait la semaine prochaine".

Selon, Claude Guéant, le principal collaborateur du président Nicolas Sarkozy, les accusations portées contre lui par Mediapart "n'ont aucune espèce de fondement". "C'est indigne. On ne peut pas laisser passer de tels procédés, laisser dire des mensonges qui déshonorent les gens", a-t-il ajouté.

"C'est la première fois que je porte plainte", a également affirmé M. Guéant, qui s'est entretenu vendredi avec son avocat, Me Jean-Yves Dupeux. Ce dernier a précisé à l'AFP que la plainte de son client était "en cours".

Le Journal du Dimanche (JDD) a affirmé que non seulement Claude Guéant mais aussi Bernard Squarcini, directeur de la DCRI, le contre-espionnage français, déposaient plainte.

Jeudi, Mediapart avait cité Claude Guéant comme étant chargé des opérations de surveillance de certains journalistes qui enquêtent sur l'affaire Bettencourt, dans laquelle le nom du ministre du Travail, Eric Woerth, est cité.

"C'est "l'hôpital qui se moque de la charité", a estimé samedi en réaction le patron du site d'informations en ligne, Edwy Plenel.

"S'il maintient cette décision, ce sera une superbe occasion d'un procès où la liberté de l'information mettra en évidence la part d'ombre de cette présidence", a également déclaré M. Plenel à l'AFP.

"Un procès serait une bonne occasion de défendre la liberté de l'information face à un pouvoir qui n'a cessé de la piétiner", a-t-il insisté.

En effet, je pense que les accusations de Médiapart sont graves et que la plainte de Monsieur Guéant était plus que nécessaire afin de clarifier cette situation qui prête à la confusion.
 
Alors, il y a deux possibilités : soit Médiapart a raison concernant l'espionnage de certains journalistes et nous serions dans l'illégalité la plus totale, soit Médiapart a tord et la plainte de Monsieur Guéant permettra de mettre un terme aux accusations intolérables de Médiapart.
 
Dans une démocratie, la confusion n'a pas sa place et il serait souhaitable de répondre à cette plainte le plus rapidement possible. Pour connaitre un peu Claude Guéant, je sais de lui que c'est un homme honnête, dévoué à la République et profondément républicain.
 

2 commentaires :

  1. Salut Arash ! La question qui se pose est surtout de savoir qui dit vrai dans cette affaire ! Comme dirait la police, il existe un bizarre faisceau de présomptions (ordis des journalistes enquêtant sur les affaires sensibles volés chez Mediapart, Le Point et le Monde ) qui n'incite pas à avoir confiance pour la suite et l'émergence de la vérité. D'un point de vue citoyen d'en bas, j'attends de savoir !

    RépondreSupprimer
  2. Salut Olivier,
    Tu as raison. Je suis favorable à cette plainte car ne rien dire signifie que les accusations graves de Médiapart sont vraies.

    RépondreSupprimer